Années 80 - Le cultivateur le plus prisée en Scandinavie

Le tout 1er cultivateur NZ crééé en 1982

Crister Stark avait une vision claire du cultivateur du futur et en 1982, le NZ fut créé. La nouvelle machine produite deviendra vite celle ayant le plus de succès en Scandinavie

Cependant, les sceptiques ne manquaient pas. Une machine à essieux fixes "ne peut pas intéresser les agriculteurs" pensent quelques- uns. Les dents spécialement conçues donnent à l'outil un impact plus important. Crister n'a jamais cessé de croire dans sa machine et démontra aux agriculteurs "maintenant vous pouvez travailler avec l'angle de dent parfait dans toutes les situations". 

NZ pour Nouvelle Zélande

Un vendredi après-midi à la fin de l'année 1981, il y eut un appel de George Clough de Nouvelle Zélande. Il avait vu les produits Väderstad en Allemagne et souhaitait travailler avec la société. Clough était un fabricant de charrues néo-zélandais qui voulait étendre sa gamme. Il atterrit à Arlanda, loua une voiture jusque Väderstad. Il resta un week-end. Les développements des outils en cours répondaient parfaitement à ses besoins. Georges Clough a été autorisé à fabriquer sur place des machines destinées au marché néo-zélandais.

Depuis ce week-end là, la nouvelle gamme de herse Väderstad s'appelle NZ, concept bien connu aujourd'hui par des milliers d'agriculteurs. Plus tard, la société Norwood commença a importer des machines Väderstad.

Nouveau challenge, l'Union Soviétique

Depuis la première série de NZ, un grand nombre de machines ont été livrées à un projet de production d'oléagineux géré par Weibulls en Union Soviétique. Dangereux peut-être ?  

Les russes ont acheté une licence pour fabriquer leurs propres herses NZ. Väderstad a obtenu un paiement décent, a vendu énormément de pièces et les russes ont fabriqué 10.000 machines au minimum. Encore aujourd'hui, ces outils fabriqués en 1980 sont utilisées dans les pays baltes, en Russie, Biélorussie et en Ukraine.

First business trip to Moscow

Lars Åkerman et Christina devant une épicerie à Moscou

“Ce n'est pas sans une certaine inquiétude que nous sommes allés en Union Soviétique pour la première fois en 1982", rappela Christina Stark. ‘Nous’ incluait à cette époque Crister Stark. Le contact avec l'Union Soviétique avait été fait avec Vladimir Sheremetev, un attaché agricole de Stockholm.

The Stark family

Famille Stark. Depuis la gauche : Christina , Crister, Siw, Andreas, Bo et Rune.

Le concept du Rollex est né

L'idée de ce qui allait devenir le nouveau Rollex est né lors d'un voyage au Danemark en 1980. Un prototype simple fut construit quelques années plus tard. Les essais ont montré qu'il était possible de fabriquer des rouleaux annelés de manière plus économique qu'avant, avec la série des rouleaux HV à pliage vertical

Le prototype resta soigneusement caché pour pouvoir déposer une demande de brevet et éventuellement le produire. Les calculs ont prouvé une économie de -20% des coûts de fonctionnement, par rapport à celui des rouleaux HV précédents.

La nouvelle conception a un centre de gravité bas. C'était une de nos cartes maitresses, élément important à cette époque où la concurrence était de plus en plus rude. Beaucoup de fabricants de rouleaux ont commencé à copier le rouleau HV de Väderstad ou tout du moins se sont fortement inspirés de la réussite du rouleau.

Quand une grande société a annoncé le lancement d'une série de rouleaux, cela menaçait les intérêts de Väderstad, il était temps de changer de stratégie. Väderstad lance donc son premier semoir direct.

Väderstad lance son premier semoir

Les temps changent. Au milieu des années 1980, un vent de changement s'est mis à souffler, venant principalement d'Angleterre. Les agriculteurs anglais montraient ce à quoi l'agriculture moderne devait ressembler. A cette époque, les anglais ont vendu la majorité de leurs anciennes machines, ont acheté une boite d'allumettes et ont mis le feu à leurs champs. Ensuite, grâce à leurs semoirs direct fraîchement achetés, ils se sont mis au semis direct et ont fait de grandes économies.

First direct drill from Väderstad

Le premier semoir de semis direct

Väderstad staff in 1983

L'ensemble des salariés en 1983

Bamlett était un importateur

A cette époque, Bamlett LTD importait avec succès des rouleaux en Angleterre. Bamlett était le seul fabricant anglais de semoir direct. Deux machines ont été achetées pour être testées en automne 1984. Une des machines anglaise a été prêtée à Torbjörn Rockler près de Vadstena, en Suède. Il s'est mis au travail aux alentours de midi, en semi direct de colza d'hiver. Durant l'après-midi, il a reçu la visite de Crister Stark, venu voir l'avancé du travail. 

"Il doit avoir des disques"

Une période frénétique a commencé. Après des discussions avec des agriculteurs expérimentés, il était clair que le semoir Väderstad devait être équipé de disques. Les amortisseurs en caoutchouc semblaient être efficaces car la machine était sujette à rencontrer des pierres. L'ensemble de la zone de semis devait être uniformément consolidée.

La machine ne doit pas avoir de roues en dehors de sa largeur de travail. Des conceptions, section après section, sont mises en place et enfin, un prototype a vu le jour. Un système d'alimentation en semences a été acheté et un premier essai de semis et lieu à Skåne, en Suède.

Cependant, les traceurs cassent

Cependant, les traceurs cassent lors d'un arrêt à la station-service de Väderstad. Ce qui les obligea à un retour rapide à l'usine pour des réparations afin de pouvoir de nouveau repartir quelques heures plus tard.

Ce serait mentir de dire que le succès était évident. Après quelques jours de semis de colza, qui était en fait principalement "faussé", les frères Stark et leur collègue du Sud, Wilhelm Andersson, sont rentrés chez eux à Östergötland. Riches de cette expérience, ils ont été confrontés à une période très dense en travail. Le semoir qu'ils avaient testé n'était pas satisfaisant en tout point.   

First drill made in the factory

Ceci est le premier semoir fabriqué dans l'usine de Väderstad. Ici, Crister Stark, Roger Karlsson, Stig Caap et N Hemmingberg

Le semoir DS a vite été produit en série. Des améliorations étaient toujours indispensables, mais le semoir fut rapidement apprécié par les agriculteurs car il offrait une toute nouvelle gamme de flexibilité en culture. Le DS était initialement construit pour le semis direct mais rapidement, plusieurs domaines d'utilisation s'ouvrirent à lui.