Années 90 - Arrivée du Rapid

Le Rapid Väderstad

Dans les années 90, l'entreprise ne comptait que 125 employés. Economiquement, le début de la décennie fut difficile, mais très vite la situation s'est améliorée.

Dans le milieu des années 1990, le nombre d'employés a augmenté jusque 200 pour arriver autour de 300 salariés.

"Si ce n'est pas un combi, ce n'est pas un vrai semoir"

Bo Stark, le plus jeune fils de la famille, avait pris en charge le marché suédois et travaillait durement à la succession du semoir DS. Son semoir était bon, mais ne répondait pas aux exigences du futur. Le besoin le plus important était un "Combi", un semoir capable d'ensemencer et de fertiliser en même temps. "Si ce n'est pas un combi, ce n'est pas un vrai semoir", déclare un agriculteur. Le semoir devait avoir une grande capacité de charge et la faculté de fonctionner "dans toutes les conditions météo".

Le Rapid et le Concorde ont fait leur entrée

Durant les années 1990, deux systèmes de semis sont entrés dans une phase importante de développement. Le Rapid, qui trouvait ses origines dans le semoir DS. Et le Concorde, qui était basé sur la herse NZ. Les prototypes des deux machines ont été exposés au salon suédois Elmia en automne et ont reçu l'approbation des agriculteurs. La fabrication a commencé et une nouvelle ère est arrivée dans l'usine. Cette nouvelle technologie de semoir s'est révélée révolutionnaire. 

Le semoir Rapid devait être le successeur du DS, au vu de ses disques semeurs, mais d'un point de vue construction, c'était une nouvelle page blanche. La société commence un projet long et coûteux. Cependant, les agriculteurs ont manifesté un grand enthousiasme et ont été un réel support pendant ce dur travail et cette période difficile. 

Présentation du Concorde

Le Rapid et le Concorde ont été développés en même temps. Le Concorde était un nouveau système de semoir basé sur le légendaire outil de travail du sol : NZ. Le système fournissait un énorme débit mais n'était pas aussi flexible que le Rapid. Les agriculteurs étaient familiarisés avec les projets en cours du Rapid et du Concorde à cause des nombreux échanges entre Väderstad et la communauté agricole. L'objectif étant bien sûr de recueillir l'opinion des clients.

The Concorde drill

Le semoir Concorde, nouveau système de semis basé sur le légendaire outil de travail du sol : le NZ

Le verdict était positif dans tous les cas, notamment en ce qui concerne la construction, avec section avant de travail du sol du Rapid. Les économies futures pour les agriculteurs pouvaient déjà être imaginées à ce stade.

Forte position en Suède

Pendant les années 1990, Väderstad a grandement augmenté son volume en Suède, pendant que le marché international se développe encore plus rapidement. Les semoirs représentaient plus de la moitié des volumes de ventes en Suède, les rouleaux et les outils de travail du sol, se partageant le reste. “Le travail du sol et le semis s'effectuent de plus en plus en une seule opération et avec une même machine. C'est une partie de notre stratégie de conception et une bonne solution pour les agriculteurs", explique Bo Stark, responsable des ventes Scandinaves chez Väderstad-Verken.

Happy Finnish farmers receive their Rapid

Le premier semoir livré en Finlande

Exporter dans les pays nordiques

Les exportations de Väderstad-Verken vers les pays voisins remontent à la fin des années 1960. Les agriculteurs des pays nordiques ont, peu à peu et dans une proportion toujours plus grande, adopté la technologie Väderstad. Des agriculteurs individuels et des firmes d'importation ont souvent eu un rôle moteur dans le développement de la technique. Pour des raisons climatiques, les agriculteurs des pays du Nord ont des exigences différentes de celles des utilisateurs travaillant d'autres types de sol. Au cours des années, ceci a conduit Väderstad à produire une gamme réservée à la Scandinavie

La création des filiales

Durant une journée grisâtre de Novembre 1992, au bureau des ventes de Väderstad, et après confirmation du Conseil, Crister Stark, Christina Stark et Einar Gudmundsson ont décidé de se séparer de leur importateur Väderstad en Angleterre. Le contrat avec l'importateur devait se terminer dans le but d'ouvrir la première filiale de Väderstad-Verken à l'étranger. Rapidement, Väderstad à exposer elle-même ses produits au salon Smithfield, et reçu un accueil favorable par les entreprises de ventes et les agriculteurs.