Travail conventionnel

Labour

La charrue est utilisée depuis longtemps, mais cela ne signifie pas qu'elle ne peut plus être améliorée. Les socs d'une charrue moderne peuvent faire face à toutes les profondeurs de travail, la barre d'outils garantit une surface pratiquement sans paille et tablette de contrôle dans la cabine accroit le débit de chantier. Des charrues automatisées et assistées par GPS conçues spécialement pour un travail superficiel sont disponibles sur le marché de nos jours.

Le problème le plus récurrent dans un système de labour est la création d'une semelle (couche inférieure très compacte se situant à la limite de la profondeur de labour). La profondeur de labour doit varier chaque année. Si des grandes quantités de paille sont présentes, le risque est qu'une couche de paille soit créée à la base du sillon, problème qui peut être rectifié avec le passage préalable d'une herse.

Lit de semences et semis

Sur les sols légers, la charrue laisse une surface qui nécessite seulement un nivellement et une reconsolidation pour produire un bon lit de semences. Sur ce type de sol, le labour présente de grands avantages économiques par rapport aux autres systèmes. Si un semoir qui travaille le sol, comme le Rapid ou le Spirit est utilisé, certains travaux de labour peuvent être limités à un ou deux passages ou même supprimés complétement.

En sol argileux, cependant, la charrue laisse une surface qui nécessite plus de travail avant d'être prête pour le semis. Dans le passé, les déchaumeurs, rouleaux et niveleurs étaient utilisés jusqu'à la création du lit de semence. Aujourd'hui, les outils à disques tels que les Carriers sont largement utilisés en combinaison avec les déchaumeurs afin de diminuer le nombre de passages. Les semoirs qui travaillent le sol, tels que le Spirit ou le Rapid imposent également moins d'exigences lors du semis comparés aux semoirs classiques.

Dans les régions froides, où le sol gèle en hiver, le temps de préparation du semis au printemps est très réduit sur sols argileux.  

Défauts du labour

Les systèmes avec labour sont moins adaptés aux conditions sèches, car le sol perd des quantités importantes d'humidité pendant un travail intensif du sol. Ce qui peut entraîner une mauvaise levée s'il n'y a pas de pluies après le semis. 

De fortes pluies après le semis peuvent également causer quelques problèmes, car une surface sans paille peut former une croûte de battance sur certains types de sols. De plus, de grandes précipitations et de forts vents peuvent augmenter le risque d'érosion dans certaines régions.

Un travail intensif associé à un labour peut réduire considérablement le nombre de vers de terre présents dans le sol.

A l'exception des régions où les croûtes de battance sont fréquentes, la sécheresse et l'érosion sont des facteurs cruciaux. Quand la charrue n'est pas l'équipement le plus coûteux, sa faible capacité signifie que son coût par hectare est élevé. De plus, la longue durée d'utilisation par hectare pose problème dans les grandes exploitations où le temps est limité, particulièrement en automne.

En apprendre plus