Les besoins d'un bon lit de semences

La fonction  du lit de semence est d'assurer aux semences les conditions d'une émergence rapide et uniforme. Il faut pour cela de l'eau, de l'air, de la chaleur et un environnement exempt de maladies.

 Le lit de semence idéal est le fondement même d'un rendement élevé. Le lit de semence sert de pouponnière à la semence en cours de germination et doit assurer à cette dernière les bonnes conditions d'une émergence rapide et uniforme.

Know How channel
Le lit de semence idéal

Les propriétés les plus importantes du lit de semis sont les suivantes  :

  1. Absorption des fortes pluies pour assurer la stabilité contre la formation de croûte et l'érosion
  2. Servir de barrière contre l'évaporation
  3. Assurer le transport d'eau par capillarité vers les semences en germination
  4. Servir de réserve de substances nutritives, d'eau et d'oxygène, favoriser le développement des racines.

Le lit de semence idéal doit avoir l'aspect de celui de l'illustration avec, en partant du haut, une couche d'agrégats plus grossiers, incluant de la matière organique, pour une protection contre la formation d'une croûte, suivie d'une couche d'agrégats plus fins qui empêche l'évaporation de l'humidité du sol et crée un bon contact entre la semence et le sol. L'eau remonte par capillarité vers la semence en germination ce qui exige un bon contact entre la semence et le sol. Sur les sols légers, mais aussi sur les sols argileux lourds, ce transport de l'eau par capillarité est faible et il est alors particulièrement important d'utiliser, dès le début, l'humidité présente dans le sol.

Quatre exigences de base

Les lits de semence peuvent différer les uns des autres, mais pour remplir leur tâche, tous doivent fournir à la semence ces éléments fondamentaux :

  • Eau
  • Air
  • Chaleur
  • Environnement exempt de maladies

De l'eau autour de la semence

Dans le cas des céréales, la germination commence par une absorption d'eau par la graine. La graine gonflée germe quand la teneur en eau passe de 13-14 pour cent à 45-60 pour cent. Au moins 6 pour cent de l'eau disponible pour le végétal doit entourer la semence afin d'assurer une alimentation fiable en eau et l'émergence. Pour être sûr que la graine aura accès à l'eau, il est important de créer un bon contact entre la semence et le sol puisque l'eau entourant cette semence est prélevée dans le sol. Cela signifie que les particules du sol entourant la semence ne doivent pas être trop grossières. De manière empirique, 50 pour cent, au moins, des agrégats du lit de semence doivent présenter un diamètre inférieur à 5 mm pour garantir une émergence uniforme en cas d'absence de pluie après le semis.

Une bonne profondeur pour chaque espèce

Know How channel
La profondeur de semis est un compromis entre une profondeur suffisante pour éviter l'assèchement de la semence et une profondeur pas trop grande pour assurer un niveau élevé d'émergence et une bonne densité des plantes.

La profondeur de semis est aussi très importante pour l'accès à l'eau. La bonne profondeur de semis est un compromis entre le placement de la semence à une profondeur suffisante pour trouver suffisamment d'eau pour germer et une profondeur pas trop grande pour permettre une émergence rapide, voir la figure.

Know How channel
De manière empirique, la profondeur de semis doit être égale à 10 fois le diamètre de la semence environ/au maximum. Par exemple, la semence de colza a un diamètre de 1,5-2,0 mm, donc la profondeur optimale de semis est d'environ 15-20 mm. Cependant, ces chiffres n'ont qu'une valeur indicative – il ne faut jamais jouer avec l'alimentation en eau de la semence et il faut toujours la placer là où l'humidité est suffisante.  .

De manière empirique, la profondeur de semis devrait être égale à 10 fois le diamètre de la semence. Selon ce principe, les pois et les haricots sont placés plus profondément dans le sol là où de l'humidité est souvent présente dans le lit de semence. Le colza, par contre, doit être placé moins profondément là où il est plus difficile de garantir la présence de suffisamment d'eau dans le sol. Cependant, l'alimentation en eau ne doit jamais être menacée par un placement de la semence à trop faible profondeur. La semence doit, au contraire, être placée là où il y a de l'humidité

De l'Air dans un sol ameubli

Les végétaux stockent des réserves nutritives dans leurs semences, leurs fruits ou leurs graines sous forme d'amidon, d'huiles ou de protéines. Ces réserves nutritives doivent durer jusqu'à ce que les diverses parties du végétal vert puissent lui fournir de l'énergie par photosynthèse. L'absorption de l'eau par la semence démarre le processus enzymatique qui casse les réserves nutritives pendant la respiration. Ce processus demande de l'oxygène, qui est disponible dans l'air autour de la semence. Il est par conséquent important que le sol couvrant la semence soit suffisamment meuble pour pouvoir être traversé par l'air et l'oxygène. Il est tout aussi important que le dioxyde de carbone formé durant la respiration puisse s'évacuer. Un sol détrempé par des fortes pluies après le semis peut être déficient en oxygène ce qui cause des problèmes de germination.

La chaleur accélère l'émergence

Le sol se réchauffe au printemps, surtout grâce au rayonnement solaire, mais aussi, de manière indirecte, grâce aux flux d'eau et d'air. La température, dans le lit de semence, a une grande influence sur la rapidité de germination des semences et de croissance des plantules. Le blé, l'orge et l'avoine peuvent germer à 3-5°C environ, mais préfèrent une température moyenne d'environ 20°C pour une implantation rapide. La température du sol est le résultat de l'interaction entre la capacité calorifique, la conductivité thermique et l'évaporation. Un sol sec, poreux se réchauffe plus facilement qu'un sol très humide ou détrempé. Plus le sol contient d'eau, moins sa température augmente rapidement au printemps.

Réduire les maladies par une rotation des cultures

Une rotation variée des cultures permet de s'assurer que le lit de semence est aussi exempt de maladies que possible. L'idéal est d'alterner les monocotylédones et les dicotylédones dans la rotation. Un autre moyen est de s'assurer de la décomposition des résidus végétaux de la culture précédente avant le semis. Ceci réduit la pression des maladies potentielles et garantit qu'aucun résidu ne gêne l'émergence de la culture suivante.

Dictionnaire:

Respiration = La respiration des cellules est le processus par lequel les substances nutritives qu'elles contiennent sont métabolisées pour produire de l'énergie – dans le cas de la semence, l'amidon, les protéines et les huiles sont dégradées pour fournir à cette semence l'énergie nécessaire à sa germination.

Processus enzymatique = Les enzymes sont des protéines qui régulent les réactions chimiques dans la cellule en augmentant ou en diminuant la vitesse des processus.

Dioxyde de carbone = Produit gazeux (CO2) dégagé par la respiration des cellules des racines qui constitue aussi, avec l'eau, la brique de construction des sucres produits par la photosynthèse des végétaux

Capacité calorifique = Volume de chaleur/énergie (kJ) requis pour augmenter la température de 1 kg de matière de 1°C.

Conductivité thermique = Capacité d'un matériau à conduire la chaleur.

Monocotylédones = Végétaux qui germent à partir d'une semence pour produire un plant à une seule feuille (cotylédon), par exemple les graminées et les céréales.

Dicotylédones = Végétaux qui germent à partir d'une semence pour produire un plant à deux feuilles (cotylédon), par exemple le colza, les pois, les haricots, le lin, la betterave à sucre, etc.