Création du lit de semence

Il existe plusieurs méthodes permettant de créer un bon lit de semence. Le facteur décisif pour le choix de la méthode est la manière dont les diverses techniques gèrent les résidus végétaux.

Le lit de semence pose les fondations de l'implantation de la culture. Cependant, il existe différentes techniques :

La technique utilisée dépend de nombreux facteurs, par ex. des résidus des récoltes, de l'équipement disponible, du type de sol, du climat, de la main-d'œuvre, etc.

Know How channel

Le lit de semis et le semis selon différentes techniques:

  1. Technique conventionnelle. Enfouissement en profondeur de la paille, travail du sol à la profondeur de semis avec un cultivateur à dents/disques, semis conventionnel, épandage d'engrais.
  2. Enfouissement en profondeur de la paille, travail du sol en surface, semis au Rapid, la semence et l'engrais étant placés simultanément dans le sol.
  3. Travail simplifié. – travail de la paille au cultivateur, semis au Rapid, la semence et l'engrais étant placés simultanément dans le sol mélangé à la paille.
  4. Travail en surface – enfouissement peu profond de la paille en surface, semis au Rapid, la semence et l'engrais étant placés simultanément dans le sol mélangé à la paille.
  5. Semis direct – semis au Rapid, la semence et l'engrais étant placés simultanément sans travail préalable du sol. La paille reste en surface.

Le travail en profondeur réchauffe le sol et enfouit les résidus végétaux qui ne gênent donc plus le semis. Sans travail en profondeur, la matière organique et la structure du sol sont conservées, mais la paille peut poser des problèmes lors du semis et transmettre des maladies.

Gestion des résidus végétaux

La manière de gérer les résidus végétaux constitue une différence importante entre les techniques. Les résidus végétaux nuisent à un bon contact entre le sol et la semence. S'il reste beaucoup de paille, il faut beaucoup travailler le sol pour s'assurer que cette paille ne gênera pas la culture suivante et est broyée aussi efficacement que possible. Le type de paille présent, c'est-à-dire la culture précédente, détermine la rapidité de sa décomposition et l'efficacité de son traitement par les machines.

Pressée ou enfouie

La paille peut être pressée en ballots ou enfouie dans le sol. La décomposition des résidus végétaux peut améliorer la mauvaise structure d'un sol. La paille est souvent pressée et récoltée si elle peut être valorisée pour l'élevage animal ou le chauffage. Ceci facilite le travail du sol à court terme. Cependant, le travail du sol peut devenir plus difficile à long terme si la quantité de matière organique baisse.

Le travail en profondeur est parfois justifié

Le choix d'une technique de travail du sol peut aussi être influencé par la valeur de la culture suivante. Un prix de vente élevé peut compenser le coût d'un travail en profondeur si celui-ci permet une meilleure implantation. Un autre point à considérer est la pression des mauvaises herbes et des maladies. Un risque de transmission de maladie peut justifier une inversion complète de technique de travail du sol. Les mauvaises herbes coriaces peuvent aussi devoir être enfouies profondément. Enfin, la capacité des machines à traiter de gros volumes de résidus végétaux entre aussi en ligne de compte.

Un rappui optimal

Le rappui du lit de semence a pour objectif de créer un bon contact entre la semence et le sol pour une fourniture optimale d'eau, de substances nutritives et d'oxygène des semences et des racines. Un rappui insuffisant, par ex. un sol trop meuble autour de la semence, peut causer un dysfonctionnement du transport capillaire de l'eau parce que les pores sont trop grands. Cela signifie que le sol entourant la semence est trop sec. Un rappui trop important entraîne une compression des grands pores ce qui nuit à un drainage efficace de l'eau en surplus et au transport de l'oxygène vers la semence, ainsi qu'à l'évacuation du dioxyde de carbone. Les racines peuvent alors manquer d'oxygène. Les machines légères produisent le plus d'effet sur les sols plus légers (sable moyen et fin), alors que les machines plus lourdes sont plus aptes au travail et au rappui des sols d'argiles lourdes.

Know How channel
Rappui du lit de semis :

Le sol est constitué d'environ 50 pour cent de matière solide et de 50 pour cent de pores. Dans le cas idéal, la moitié des pores est remplie d'eau, l'autre moitié d'air. Cependant, ceci varie largement en fonction des précipitations, de la structure du sol et de la manière dont il est travaillé.

  1. Un rappui insuffisant, c'est-à-dire un sol trop meuble autour de la semence, peut entraver le transport capillaire de l'eau parce que les pores sont trop grands. Cela signifie que le sol entourant la semence est trop sec et que le plant dépérit.
  2. Un rappui optimal assure un bon contact entre la semence et le sol, la semence est alors alimentée en eau par transport capillaire. En même temps, il y a suffisamment de grands pores pour transporter l'oxygène.
  3. Un rappui trop important entraîne, par contre, une compression des grands pores ce qui nuit à un drainage efficace de l'eau en surplus et au transport de l'oxygène vers la semence, ainsi qu'à l'évacuation du dioxyde de carbone. Ceci entraîne un manque d'oxygène qui tue les racines.Dictionary:

Culture précédente = il s'agit de la culture précédant la saison en cours, c'est-à-dire la culture de l'année d'avant, qui affecte la culture de l'année en cours par la quantité de résidus végétaux laissée, par l'azote qu'ils dégagent, par la structure du sol, par la pression des maladies, etc.

Capillaire = L'eau capillaire est de l'eau qui peut remonter dans le sol par les pores fins par liaison des molécules d'eau des pores, l'adhésion, mais aussi par attraction entre les molécules d'eau, la cohésion. Les sols limoneux présentent une capillarité élevée et combinent une grande hauteur de montée capillaire à une vitesse élevée.