Itinéraire sans labour

Le travail sans labour est appelé habituellement travail simplifié et si ce terme n'est pas toujours vraiment justifié, il reflète bien les intentions de ces systèmes : simplifier le travail du sol par rapport aux systèmes avec labour.

Travail simplifié sans labour

Le travail profond au cultivateur est souvent utilisé sur des sols légers qui doivent être ameublis :

  • quand de grandes quantités de résidus végétaux doivent être mélangées au sol
  • avant des cultures sensibles au compactage, par exemple les oléagineux, les pois et la betterave à sucre
  • quand les traces des roues et les dommages créés par le compactage doivent être supprimés

TopDown in field
TopDown 400

On peut utiliser un cultivateur combiné comme le TopDown en un ou deux passages ou bien un cultivateur à dents rigides comme le Cultus, souvent en combinaison avec un cultivateur à disques comme le Carrier.

Le travail profond donne un état de surface plus grossier que le travail superficiel, donc plusieurs passages peuvent être nécessaires sur des sols lourds.

Si un travail profond est effectué dans la même plage de profondeur que le labour conventionnel (10-15 cm ou plus), les coûts et la consommation de carburant à l'hectare sont relativement élevés, proches de ceux des systèmes avec labour dans bien des cas. Le facteur le plus important plaidant en faveur d'un travail simplifié profond par rapport au labour est sa productivité horaire bien plus élevée.. Le risque moindre d'érosion et de formation d'une croûte à cause des résidus de pailles en surface est un autre avantage.

Travail simplifié superficiel

Carrier in field
Carrier 500 avec le Système disque Aggressive Crossboard

Dans le cas du travail simplifié superficiel, le type de machine le plus couramment utilisé aujourd'hui est un cultivateur à disques, tel que le Carrier. On utilise aussi des cultivateurs à dents vibrantes, comme le Swift et certains cultivateurs à dents rigides, surtout si la profondeur de travail dépasse 6-8 cm. Un prétraitement des résidus végétaux, s'ils n'ont pas été éliminés, est absolument nécessaire au cas où de grandes quantités de paille doivent être mélangées à un volume limité de sol.

Le travail simplifié superficiel permet d'économiser de l'argent et du temps, surtout sur les sols lourds.

Effets généraux du travail simplifié

Un travail superficiel continu peut créer une couche dense dans le sol, similaire à une semelle laissée par la charrue et, donc, la plupart des systèmes sans labour prévoit d'alterner le travail superficiel et le travail profond. Dans ces cas, le travail le plus profond est préconisé avant les cultures sensibles au compactage, comme les oléagineux, les pois et la betterave à sucre. Les sols légers ont souvent une structure plus faible que celles des sols argileux et demandent un travail plus en profondeur pour maintenir les rendements.

Les maladies induites par la paille sont, bien sûr, un facteur à prendre en compte dans le travail simplifié et une rotation des cultures adéquate est considérée comme essentielle à la réussite.

Les repousses constituent un autre problème majeur pour le travail simplifié. Dans de bonnes conditions, un travail mécanique suffit à les traiter, mais si le climat est humide, elles sont difficiles à contrôler sans recourir aux produits chimiques. La rotation des cultures est un facteur important dans ce cas également. Les limaces peuvent être un problème pour le travail simplifié, en particulier si les passages sont peu nombreux et si la structure du lit de semis est grossière. Des pièges à limaces doivent être utilisés, surtout dans les cultures sensibles comme le colza.

En général, le travail simplifié est le plus adapté si le climat est sec, alors que l'humidité crée des problèmes en termes de résultats, mais aussi pour ce qui concerne le contrôle des mauvaises herbes et repousses.