Les années 90

L'ère du Rapid

OffSet wheels

En 1990, la société comptait 125 employés. Après une période économique tortueuse, les effectifs sont passés de 200 à 300 employés.

Si ce n'est pas un Combi, ce n'est pas un semoir

Bo Stark, le fils cadet de la famille, avait dans les années précédents, pris en charge le marché suédois et travaillait durement à la succession du semoir DS. Le semoir était bon, mais ne pouvait pas répondre aux besoins futurs. Ce qu'il fallait surtout c'est un « combiné », appareil capable de semer et de fertiliser en même temps. « Pas de combiné, pas de vrai semoir » déclarait un agriculteur. Le semoir devait être capable de travailler « par tous les temps »

Les premières phase du Rapid et Concorde

Deux systèmes de semis connurent en 1990 un développement intense : « Rapid » qui trouvait ses origines dans le semoir DS précédent, et « Concorde » basé sur le cultivateur NZ. Un travail impressionnant fut accompli avec peu de main d'œuvre et de ressources, en partie « à la vue de tous » en consultant un certain nombre d'agriculteurs. Lors de l'exposition Elmia à Jonköping à l'Automne 1990, les deux systèmes de semoirs de Väderstad furent présentés. Les machines étaient à peine plus que des prototypes, mais les systèmes reçurent un accueil favorable des agriculteurs. La tâche consistait à rendre les machines prêtes pour la construction et à pouvoir commencer les livraisons au printemps.

Le semoir Concorde était introduit

Concorde

Dans le même temps que le Rapid, le Concorde a été mis au point. C'était un système de semoir basée sur les légendaires cultivateurs NZ. Le système a offert une énorme capacité, mais ce n'était pas aussi flexible que le Rapid.

Forte présence en Suède

Väderstad, au cours des années 1990, a considérablement augmenté son volume de ventes en Suède, les marches internationaux s'étendant encore plus rapidement. Les semoirs en ligne représentent la moitié du volume des ventes en Suède, le reste se partage entre les rouleaux et les cultivateurs.

« Le labour et les semis sont de plus en plus effectués en une seule fois, avec une seule machine. Cela fait partie de notre concept et est une bonne affaire pour l'Agriculteur » indique Bo Stark, responsable des ventes de Väderstad-Verken en Scandinavie.

Exportation des produits dans les pays Nordique

First Rapid in Finland
Le premier Rapid livré en Finland

Les exportations de Väderstad-Verken vers nos voisins Nordiques remontent à la fin des anées 1960.

Les agriculteurs des Pays Nordiques ont, peu à peu et dans une proportion toujours plus grande, adopté la technologie Väderstad. Souvent, des agriculteurs individuels et des firmes d'importation ont eu un rôle moteur dans le développement de la technique.

Pour des raisons climatiques, les Nordiques ont des exigences différentes de celles des utilisateurs travaillant d'autres types de sol.

Au cours des années, ceci a conduit Väderstad à produire une gamme réservée à la Scandinavie.

Déploiement des filiales

Par un jour gris de novembre 1992, au service des ventes à Väderstad, et après confirmation par la direction, Crister Stark, Christina Stark et Einar Gudmundsson décidèrent de se séparer de l'importateur de Väderstad en Angleterre. Le contrat devait être résilié afin d'établir la première filiale de Väderstad-Verken à l'étranger, Väderstad limited.

Le Rapid testé au Royaume Unis

Un projet test fut mis en œuvre au printemps 1992 en Angleterre, en collaboration avec David Baker et Birdseye. David Baker était connu comme producteur chanceux de céréales et de pois au Suffolk, économe de ses ressources. Le projet pour l'Angleterre montra que le Rapid selon les normes locales, convenait très bien aux semis de pois au printemps, directement dans les sillons tracés à l'automne.

« La précision du Rapid et un compactage réduit du sol donnèrent une nouvelle dimension à la culture du pois » indique Einar Gudmundsson.

Les autres marchés suivent

L'établissement et la réussite de la filiale anglaise encouragèrent la creation rapide d'autres filiales dans d'autres pays : Pologne en 1996, Hongrie en 1997 et Allemagne en 1999.Dans le même temps, commença une collaboration avec les revendeurs dans de nombreux pays lointains, tels que l'Arabie Saoudite, la Nouvelle Zélande.

Ouverture de la filiale française

Le développement des ventes et la volonté de Väderstad d'être proche des utilisateurs et de leurs fournir une qualité de service irréprochable, à décidé le groupe à créer une filiale française indépendante en 1994.

Basée à Gros bois en Côte d'or, Väderstad France a déménagé en 1997 au Plessis Belleville au Nord de Paris afin de se rapprocher des nouveaux secteurs de vente en plein développement. Cette nouvelle localisation a également permis la création d'un entrepôt pièces de rechange plus adapté à la demande croissante ainsi que la mise en place de solutions de distribution plus performantes.