Un journal norvégien invente un "poisson d'avril" sur la base d'un Väderstad

En guise de poisson d'avril Bedre Gardsdrift un journal agricole norvégien a présenté une « étude » sur un hypothétique semoir automoteur et autoguidé.  

Automatic seeding with  Rapid
Des moteurs électroniques de roues entièrement automatiques, un guidage GPS. Tout ce qu'on peut imaginer même s'il s'agit d'une fantaisie.

Ce projet a été présenté comme le produit de l'imagination d'un certain Jogger Agield qui aurait effectué un test ce printemps et aurait trouvé que ce semoir automatique avait beaucoup d'avantages. La machine en question serait réalisée sur la base d'un Rapid 6 à 8 m couplé à un moteur diesel Cummins et une transmission automatique Allison. L'entraînement étant réalisé par de grandes roues de tracteurs disposées à l'avant. Le guidage et le contrôle étant supposés être effectués par un système GPS IIB par ailleurs utilisé pour guider des avions à l'atterrissage. Tout cela pour que l'agriculteur puisse rester tranquillement à la maison pendant que la machine réalise elle même les semis, y compris pourquoi pas dans un autre pays !

Automatic Rapid from behind

Les possibilités sont infinies, nous avons enregistré une productivité d'au moins 10 hectares à l'heure. Pour recharger la trémie, Vädestad est en train de développer des bennes montées sur aerofoils qui suivent le semoir et le rechargent en marche. Ce qui augmenterait encore la productivité sans compacter les sols pour autant.

L'article du journal continuait son récit en expliquant que Väderstad devrait résoudre des problèmes de sécurité avant de pouvoir diffuser son invention à large échelle. Mais, en utilisant des technologies à infra rouges notamment, cela devrait être possible rapidement selon Jogeir Agjeld. « Si l'homme a pu marcher sur la lune il y a 40 ans, notre affaire devrait pouvoir se régler » a t-il déclaré.

Merci à Bedre Gardsdrift de nous avoir rapporté cette histoire trépidanteL'article du journal continuait son récit en expliquant que Väderstad devrait résoudre des problèmes de sécurité avant de pouvoir diffuser son invention à large échelle. Mais, en utilisant des technologies à infra rouges notamment, cela devrait être possible rapidement selon Jogeir Agjeld. « Si l'homme a pu marcher sur la lune il y a 40 ans, notre affaire devrait pouvoir se régler » a t-il déclaré.

Merci à Bedre Gardsdrift de nous avoir rapporté cette histoire trépidante